On se retrouve pour un nouveau « Raconte-nous un cosplay » , et ce mois-ci c’est Makkura qui nous parle de la confection de son costume de « Toadette » des jeux vidéo « Super Mario »

Nom du personnage : Toadette
Univers d’origine :
Mario / Nintendo
Genre :
Jeux Vidéo
Type de costume : Mixte couture/craft

Qu’est-ce qui t’a poussé à faire ce personnage ?

Je suis très attachée à ce personnage depuis son apparition dans la franchise, c’est mon main sur Mario Kart et dès que je peux la choisir dans n’importe quel jeu, je le fais ! Et depuis mes tout débuts, je me suis toujours dit “un jour je ferais le cosplay de Toadette !” et finalement des années après, quand on a décidé de faire un show cosplay Super Mario avec Box of Heroes, j’ai sauté sur l’occasion ! C’était le moment où jamais de concrétiser cette idée de longue date !

Avant de démarrer, quelle partie du cosplay te faisait le plus peur ?

De prime abord, c’est un costume assez simple. Le design est épuré et il y a peu d’éléments. Je me suis toujours dit que le chapeau champignon serait le plus difficile (spoiler : j’avais raison) et que je devais réfléchir aux proportions puisque contrairement à Toadette, j’ai des jambes (petites, certes, mais elles existent :p !)

Quelle technique as-tu découverte grâce à ce cosplay ?

J’ai teint une perruque pour la première fois mais ce n’était pas une vraie découverte ni un processus compliqué. J’ai du patronner et coudre des pièces que je n’avais jamais essayées mais ça restait de la couture assez basique. Idem pour le craft, même si j’ai eu du mal à trouver un compromis entre le rendu que je voulais et la solidité/praticité, ce n’était rien de bien nouveau, juste des tentatives et du système D habituel~

Parle-nous un peu des étapes ?

J’ai essayé d’utiliser un maximum de matériaux qui trainaient dans mes placards. Je n’ai acheté que le tissu rose de la robe (avec du surplus de quantité car je compte l’utiliser pour un autre projet) donc en attendant de le recevoir j’ai commencé par les pièces simples que je pouvais déjà avancer.

Page, qui faisait Toad pour le show cosplay, avait déjà fait les tests et patrons pour la base du chapeau champignon. On s’était mis d’accord sur les proportions qu’on ne voulait pas aussi énormes que sur les références car à notre mesure, ça paraîtrait grotesque. Après qu’il me les aient envoyés, je me suis mise à construire la base, d’abord en papier pour m’assurer que ça aille sur moi, puis j’ai utilisé de la mousse EVA de 5mm. On avait aussi acté ensemble d’utiliser de la mousse (même si le craft n’est pas notre spécialité ni à lui ni à moi, haha) au lieu de faire les chapeaux en tissus rembourrés, pour tenter d’obtenir un effet bien lisse et solide. J’ai rapidement obtenu ma base, j’ai un peu lissé les jointures entre les pièces de mousse avec de la foam clay, thermoformé le tout (avec un décapeur thermique pour moduler la mousse eva) et poncé (avec une dremel) ce qui avait besoin de l’être… puis j’ai mis ça de côté pour attaquer le costume, histoire de faire des choses avec lesquelles j’étais plus à l’aise pour avoir la sensation de mieux avancer.

J’ai patronné le gilet sur le modèle d’un autre que j’avais fait il y a longtemps, en adaptant la coupe et la taille. Comme la couleur de celui de Toadette est un peu entre le rouge et le rose et que j’aime bien m’embêter pour pas grand chose, j’ai utilisé un vieux drap rose pétant pour la base, avec une couche de chutes de mousseline de mon précédent costume de Din (Zelda) par dessus. Comme ça selon la lumière on avait un effet assez fidèle à la référence. J’ai choisi de le doubler avec des chutes de satin de qualité discutable provenant elles aussi d’un ancien costume (d’ailleurs elles ne sont pas toutes de la même teinte mais à l’intérieur… ça ne se voit pas :p ). L’idée c’était que le gilet glisse vraiment bien sur la robe. Comme le costume était pour de la scène, je voulais qu’il tombe bien peu importe mes mouvements. Et toujours dans le but d’écouler les quantités astronomiques de tissus que j’ai déjà, j’ai fabriqué du biais dans un très vieux tissu doré un peu nul dont la couleur était parfaite (pas trop jaune mais bien brillante) et je l’ai cousu à la main pour avoir une couture invisible. Jusque là tout se passait très bien, la pièce est super propre et j’en suis très contente.

Entre temps j’ai reçu le tissu de la robe que j’ai commencé à patronner un peu à l’œil. J’avais une première idée de la forme que je souhaitais mais au dernier moment j’ai eu une illumination et j’ai changé pour une coupe que je n’avais jamais faite donc elle n’est pas hyper réussie (à mon avis elle n’était tout simplement pas adaptée à mon type de tissu, du burlington, qui a l’avantage de ne quasiment pas se froisser mais qui manque d’élasticité) mais visuellement ça fonctionne, elle est pratique à enfiler et je suis quand même à l’aise dedans. Je l’ai doublé dans son propre tissu pour faire de belles finitions, ce qui la rend en réalité assez lourde. D’un point de vue design, j’ai voulu ajouter des manches ballon parce que c’est trop mignon et que j’aime bien personnaliser un peu mes costumes, surtout quand il y a une dimension de réinterprétation du personnage, et ça permettrait de maintenir un peu mieux le gilet sur mes épaules, encore une fois peu importe mes mouvements sur scène. J’ai dû m’y reprendre plusieurs fois pour que ça me plaise visuellement mais au final je la trouve trop chou et je trouve aussi qu’elle correspond bien à Toadette car j’ai réussi à garder l’idée de sa robe de base ^-^ Plus qu’à ajouter le ruban blanc dans le bas (toujours à la main car toujours d’une qualité médiocre que ma machine à coudre aurait détruit) et hop, terminée !

Il ne me restait plus qu’à utiliser mes fonds de coton blanc pour faire mon premier bloomer ! Je voulais absolument en faire un car on voit que Toadette porte un bas (?) blanc sous son t-shirt/robe donc je voulais faire le rappel (je savais que sur scène, le public en contrebas verrait sous ma robe assez courte), de plus c’est un élément qu’on peut facilement utiliser dans tous les costumes sous des jupes et jupons donc ça reste une sorte d’investissement qui sera tôt ou tard rentabilisé. J’ai regardé quelques tutos sur internet pour avoir les étapes d’assemblage les plus propres mais ça a été très rapide à faire. D’ailleurs le bloomer marquait la fin de la partie couture du costume ! Seulement 3 éléments… un luxe haha !

En parallèle, je me suis occupée de la perruque. Il était hors de question que je porte le chapeau champignon sans rien, je trouvais que ça faisait bizarre et que ça manquait de “féminité” donc j’ai opté pour le recyclage d’une très vieille perruque dont je n’arrivais pas à me resservir. Elle était un peu de couleur vieux rose terne donc j’ai juste voulu lui donner plus de peps pour qu’elle aille mieux avec le costume de Toadette. C’était une base courte à frange droite avec deux ponytails. Hikarin Chan m’a donné un peu de sa teinture rose Rit DyeMore synthétique (je n’ai eu besoin que d’un seul bouchon donc acheter une bouteille entière, bof) et quelques minutes plus tard dans l’eau bouillante, le tour était joué ! J’ai entièrement teint la perruque au cas où un jour je lui trouve une nouvelle utilité mais pour Toadette je n’ai utilisé que la base courte. J’ai toujours eu des soucis en faisant des teintures de tissus mais là j’ai été surprise de voir à quel point le processus était facile et le résultat concluant !

Il était temps de m’attaquer au gros morceau du chapeau…

Au point du projet où tu es rendue, quelle est la partie qui t’a donné le plus de difficultés ?

J’ai terminé et porté plusieurs fois le costume, y compris sur scène, et sans hésitation c’est bel et bien le chapeau champignon qui m’a donné beaucoup, beaucoup de fil à retordre. Au propre comme au figuré d’ailleurs haha !

J’ai repris ma base et j’ai commencé par ajouter des ronds de mousse EVA blanche de 2mm pour faire les pois (gracieusement données par Page pour m’éviter d’avoir à faire d’innombrables couches de peinture pour obtenir un blanc uniforme sur ma mousse à moi, qui était noire). J’ai poncé tous les bords pour atténuer le surplus d’épaisseur et j’ai fait les premières sous-couches au DIP (pour garder de la souplesse) avant peinture.

C’est pour les couettes que ça s’est vraiment compliqué. Visuellement, ça ne m’avait jamais frappé mais elles sont énormes ! En cours de route je me suis aussi rendue compte que les boules qui composent les deux couettes de Toadette ne sont pas toutes de la même taille selon les images de référence. J’ai voulu m’éviter d’essayer de crafter des sphères parfaites en mousse EVA car je sentais que ce serait un échec, donc j’ai décidé d’utiliser des boules en polystyrène qu’on trouve partout en magasin de loisirs créatifs… ce qui est peut-être ma pire idée de l’année mais j’allais m’en rendre compte seulement en commençant à les fixer ensemble.
D’abord j’ai fait la même technique de rond en mousse de 2mm pour les pois du bout des couettes, que j’ai poncé exactement comme pour la base. J’ai tout sous-couché plusieurs fois. Contrairement à la base du chapeau, j’ai fait plusieurs couches de colle à bois pour renforcer la solidité du polystyrène, avant d’uniformiser avec du DIP.
Pour la peinture, le rose du chapeau est un peu plus vif que le costume donc j’ai dû faire des mélanges en me basant sur la couleur de la robe… c’est une étape que j’aime bien, je m’en sors généralement plutôt pas mal sur les colorimétries ! J’ai dû faire 3 couches de peinture partout pour obtenir un rendu propre.
C’est à l’assemblage que la galère a commencé !

Je voulais les couettes détachables du chapeau car avec leur envergure, il fallait que je songe au transport et au stockage. J’ai ajouté une bande de mousse dans le chapeau pour éviter qu’il s’enfonce entièrement sur ma tête et j’ai fait des trous dans la base, pour mettre des écrous. De cette façon, je viendrais simplement visser les couettes (“simplement” HAHAHA). Au départ je comptais attacher les boules ensemble avec du fil pour laisser du jeu mais je me suis rendue compte que si elles étaient souples, elles n’auraient pas le rendu aérien fidèle au personnage, et qu’en plus elles me gêneraient dans mes mouvements et déséquilibreraient le chapeau car elles sont vraiment conséquentes. J’ai ensuite essayé de passer un fil de fer dedans, de bout en bout, mais c’était moche parce qu’elles tenaient toute droite et ça ne me convenait pas non plus. Il fallait donc que je fasse des attaches indépendantes d’une boule à l’autre, sur des axes différents en visant correctement l’orientation que je voulais leur donner. Le problème c’est qu’en multipliant les trous dans le polystyrène, il se désagrégeait et les boules tournaient sur elles-mêmes avec leur propre poids. J’ai dû m’y reprendre plein de fois, reboucher, refaire des trous, avec du fil de fer qui pliait sans cesse même s’il était très épais. En plus je ne pouvais pas utiliser de colle néoprène car elle fait fondre le polystyrène… J’y ai passé une journée entière à la limite de la deadline. A un moment je commençais à me dire que je n’arriverais pas à faire un système viable et ça me rendait folle !
Au final, dans mon désespoir, j’ai planté des baguettes chinoises jetables cassées en deux entre chaque boules, renforcées avec de la colle chaude à foison. J’ai dû ajouter de la foam clay dans les trous et faire plein de retouches peinture.
J’ai aussi ajouté des bandes de worbla (un thermoplastique qu’on peut moduler à la chaleur et qui redevient rigide et solide à froid) dans la base pour fixer les écrous et m’assurer que le chapeau ne se déforme pas avec le poids des couettes (pas si lourdes que ça mais plus que ce que je pensais !). J’en ai aussi mis un peu avec de la colle chaude au niveau des vis des couettes car à force de bouger, le polystyrène se décrochait et les vis tournaient à l’intérieur ou sortaient, tout simplement. L’horreur ! Mais à force d’insister et de renforcer au fur et à mesure, ça a fini par tenir correctement ! Ouf ! J’étais vraiment soulagée de voir que ça fonctionnait in extremis lors des répétitions du show. Ce chapeau est loin d’être parfait, il a beaucoup de petites imperfections et de raccord apparents mais ce n’est pas si flagrant et j’aime beaucoup le rendu général !

Y a-t-il une pièce que tu as dû refaire ? Si oui, pourquoi ?

En dehors d’avoir dû tester et renforcer mille fois les couettes et le chapeau, non pas spécialement. Avec seulement 3 pièces basiques de couture en plus, Toadette reste parmi mes costumes les plus “simples”. L’une des vis a lâché juste avant la 3e représentation du show cosplay… rien qu’un peu de colle chaude supplémentaire en urgence ne puisse résoudre~

Que te reste-t-il à faire ?

Rien du tout ! J’ai fini ce costume il y a plusieurs mois.

Quand as-tu ou quand souhaites-tu sortir ce cosplay pour la première fois ?

La toute première fois, c’était lors de la Roanne Geek Convention en septembre 2023. La première version du show cosplay Super Mario Bros. de Box of Heroes était prévue spécialement pour l’occasion et la configuration de cette scène 🙂 On s’est beaucoup amusés d’ailleurs !

Y a-t-il quelque chose que tu ferais différemment ?

Je choisirais un autre type de tissu pour la robe, qui convienne mieux à la coupe que j’ai choisie. Et évidemment je tenterais une façon différente de faire et fixer ces fameuses couettes de l’enfer… mais je ne sais toujours pas comment ! Et on ne va pas se mentir, j’ai déjà porté ce costume plusieurs fois et on a fait tous les shows prévus sur ce thème donc je doute de le ressortir beaucoup. J’aimerai juste qu’on fasse un shooting photo de groupe, et pour ça, il est très bien comme il est 🙂

Où as-tu acheté les fournitures ?

Je ne me souviens plus trop pour les ressources que j’avais déjà. La popeline de coton du bloomer vient sûrement de Natacha Tissus, la mousse EVA de CosplayShop, les boules de polystyrène viennent de chez Dalbe (merci à Dragnir et Asaryel pour la livraison !) et pour le tissu burlington de la robe et le fil assorti, j’ai commandé sur Rascol.

Un conseil pour quelqu’un qui se lancerait dans ce genre d’aventure créative ?

Ne pas hésiter à réfléchir au design, aux proportions et à la conception selon les besoins de stockage, de transport et à adapter si on envisage de faire de la scène.
Ne pas avoir peur de penser au système D et à des alternatives improbables. Sur un malentendu ça fonctionne !
Toujours garder ses mélanges de peinture, même après avoir fini et porté le costume. On ne sait jamais si on doit faire des retouches. Je les mets dans des petits récipients que je peux fermer hermétiquement et/ou avec du film alimentaire pour retarder au maximum qu’ils sèchent. Je ne les jette que s’ils sont secs ou que je sais que je ne retoucherai définitivement plus le costume.
C’est un choix personnel mais j’essaie dorénavant toujours d’utiliser des ressources que j’ai déjà et de recycler au lieu d’acheter de nouveaux matériaux. ça demande parfois plus de temps de confection, d’ingéniosité ou de ne pas être hyper accurate mais je préfère ! Ça vide les placards, pas le porte-monnaie, et c’est mieux pour la planète !

Une anecdote à raconter sur la création de ce cosplay ?

Histoire d’en rajouter une couche : j’ai acheté les chaussures pas chères sur Vinted. Je voulais des bottes/bottines à talons/plateformes pour m’approcher de la taille de Page pour notre duo Toad/Toadette, tout en restant confortable pour courir et danser (je porte presque toujours des hauts talons en cosplay donc j’ai l’habitude).
Dès la première répétition du show, qui est une chorégraphie, les semelles ont commencé à s’arracher des chaussures, presque entièrement, tout le monde avait peur que je me fasse une cheville (ou les deux)… j’ai dû les recoller + les visser de l’intérieur (toujours sur les bons conseils de Page). Au moins maintenant elles ne bougent plus du tout et je suis tranquille pour les porter ! (Et je les aime trop !)
Evidemment, je reste aussi fidèle au drame de ma vie de cosplayeuse qui consiste à faire des personnages beaucoup trop rose alors que je n’aime pas cette couleur. C’est un running gag populaire autour de moi~


Crédits photo : NoEx Photography, Pierre DreamCosMod, Eberwald

Merci à Makkura pour son témoignage sur la confection de ce cosplay !
N’hésitez pas à retrouver son travail sur sa page instagram et sa page facebook !